Présentation de l'Artiste (Non, ne cédez pas aux sarcasmes)

Quelques infos pour combler les fans hystériques (oh, oh doucement les fans) 

 

Je suis né en Bourgogne. Je n'en tire aucune gloire, si j'avais pu choisir, j'aurais préféré venir au monde dans les plaines d'Arizona. Ca a quand même de la gueule de dire "I come from Kingman, Arizona" but I was born in Burgundy et j'assume... J'ai passé de bons moments le long de la Saône, à me ballader au bord d'elle (sans jeu de mots)! Pour être, tout à fait sincère, à Kingman y'a pas grand chose à faire mais c'est la route 66, les motels, les diners avec les banquettes rouges, les grands espaces, le rêve Americain, tout simplement... Mais, l'Amérique, c'est bien si la poche arrière du "Lewis" déborde de dollars. Si tu n'as que la casquette accrochée sur les fesses (comme sur la pochette de "Born in the USA" de Springsteen), tu ne vas pas loin. Et ton paradis devient vite un enfer. "... Born down in a dead man's town / The first kick I took was when I hit the ground... I was born in the USA..." Un clin d'oeil pour mon fils.
  

Bref, quand j'étais ado, au siècle dernier, il n'y avait ni Play Station, ni Apple. Ce n'était même pas les balbutiements du minitel. Autant dire rien, le néant, le vide absolu... Je passais donc du temps, et de l'argent, dans la musique. J'étais en fait une immense oreille. Avant de passer à la pop anglo-américaine (le king Elvis, les Clash, Police, Madness, ...), j'ai assimilé toute la variété francaise et le pire côtoyait le meilleur. La "variété francaise" avec sa connotation ringarde voire affligeante produisait souvent de vrais pépites...

 

Dès 7 ans, j'ai fait mes armes sur les paroles de Cloclo, pour redécouvrir plus tard Brel, Brassens, Barbara, puis repartir sur Souchon, Higelin, Lavilliers, Bashung, Renaud, Thiefaine, Téléphone, Starshooter, ...

J'étais surtout curieux de savoir qui écrivait quoi; Vline Buggy, Revaux, Delanoë, Lemesle, Roda-Gil, Dabadie, Lanzmann, puis plus tard Boris Bergman, Jean Fauque, Gaetan Roussel, Saez, ...  

Pour l'interprétation, Johnny, c'était le boss. Pourtant, il avait pour moi, moins de valeur qu'Eddy Mitchell qui en plus de chanter, écrivait ses textes.

 

Gainsbourg, lui, c'était le roi. Auteur extraordinaire, compositeur inspiré, interprète inclassable qui a su évoluer avec le temps, avec son temps.  Ce ne sont que quelques noms, je pourrais en citer 10, 20, 100 qui m'ont touché, influencé.  

 

Bref, allez naviguer dans ce blog, notamment dans les chapitres "madAtome - Album 2015" ou "Song/Chanson"...

 

egb69@hotmail.fr 

 

 

 

 



30/09/2010
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi