Station XI (via crucis supplicium)

STATION XI (via crucis supplicium)

 

Je me souviens de toi mais n'me rappelle de rien,

Ma mémoire est moins claire que celle d'un batracien.

Pourquoi jouer Roméo si je connais la fin,

Tu ne mérites pas mieux que ces alexandrins.

 

N'ayant plus de photo et plus de numéro,

Juste une image qui danse dans un coin d'mon cerveau,

J'écoute ton écho résonner dans le vide,

Tirant sur mes tarots comme un extralucide.

 

Le temps a séparé le bon grain de l'ivraie

Pour éviter tes pleurs, je remets mon K-Way.

C'est la vie ma chérie, laisse tomber les regrets

Pas le choix qu' avancer sans lancer de Mayday.

  

                    Refrain

                    Terminus,

                    Tout le monde doit descendre,

                    Avant de se descendre.

 

 

Nos rapports sont complexes, parfois même ambigus

Un cocktail de Sanex arrosé de ciguë,

Pour des muses en latex ou des Miss la vertu

Qui prennent les Durex pour des planches de salut.

 

La passion se réduit comme une peau de chagrin.

Si tu croques dans la pomme, mange aussi les pépins.

C'est ma tombe que je creuse quand je suis sous tes reins

En guise d'adieu reçoit mon salut Hitlérien.

 

Notre amour n'est plus qu'un parcours du combattant

Restera désormais aux abonnés absents.

Le ver est dans le fruit à mon corps défendant.

Je nous vois disparaitre dans des sables émouvants.

 

                    Refrain

                     

Pendant que notre idylle prend ses quartiers d'hivers,

J'en profite pour larguer mon ex-cœur-locataire.

On se retrouvera, dans les flammes de l'enfer

Toi et moi, vendangeant les raisons de la colère.

 

Beaucoup de nuits pour rien et un rien ça m'ennuie

Comme quand j'enfermais mon loup dans ta bergerie.

Serpent garde ta pomme, je préfère les orties.

C'est l'heure de la curée, le temps sonne l'hallali.

 

Ta façon d'avancer n'est pas très orthodoxe

En prenant tes amants pour du carburant MOX.

Je reçois tes caresses mais renvoie des kickboxs.

La vie est un poker que l'on mène à l'intox.

 

                    Refrain

                   

Au pire, on n’va nulle part, au mieux, on va dans l'mur

Comme si pour le bonheur, nous n'étions pas assez mûrs.

Une voix intérieure, hugolienne me murmure

Un ancien slogan punk qui hurlait "No future".

 

Je rêvais de romance et de doux rendez-vous,

De guimauves en sorbet, de soirées en pilou.

Je rêvais de tes bras … pour soirée cocooning

Pas que tu prennes ma main pour un fist-fucking.

 

Laissez-moi terminer sur une note optimiste:

Evitons de tirer sur ce pauvre pianiste

Qui nous rejoue 100 fois l'air des amants tristes,

Illustrant notre histoire à la "je m'en foutiste".

 

Onzième station du chemin de croix.

Les histoires d'A... sont des chemins de croix avec des chutes, des épreuves, parfois des rédemptions, souvent des crucifixions.

 

 

 

Tous droits réservés - contact egb69@hotmail.fr

 



04/12/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi